Constituée d’une multitude de bactéries, la flore intime forme une barrière protectrice contre les infections (mycoses par exemple). Mais son équilibre est fragile, notamment perturbé par les variations hormonales (puberté, grossesse, ménopause) et la prise de certains médicaments. Une bonne hygiène intime est nécessaire pour limiter les risques d’infection. Voici nos conseils.

 

Une toilette intime minutieuse

Pour une bonne hygiène intime, une à deux toilettes par jour suffisent. En effet, l’excès comme le manque d’hygiène peut perturber l’équilibre de la flore intime et favoriser les infections.

Effectuez seulement une toilette externe (vulve, lèvres, clitoris) et bannissez les douches vaginales, qui détruisent la flore et sont inutiles puisque le vagin est auto-nettoyant. La toilette intime s’effectue à mains nues et d’avant en arrière pour ne pas déplacer les germes de l’anus vers le vagin. Surtout, n’utilisez pas de gants de toilette, ce sont de véritables nids à bactéries. De la même manière, pas question d’employer votre gel douche habituel, trop agressif pour l’intimité. Vous devez choisir un soin spécifique au pH physiologique, adapté à un usage quotidien. Rincez abondamment et séchez votre peau minutieusement pour éliminer toute trace d’humidité, propice à la prolifération des bactéries. Pensez également à changer votre serviette de toilette tous les 2 ou 3 jours.

Lors des déplacements, emmenez des lingettes intimes, sans alcool, ni parfum pour ne pas assécher les muqueuses. Attention : les lingettes sont une solution pratique mais doivent être utilisées de manière ponctuelle.

Des sous-vêtements adaptés

Pour préserver votre flore intime, il est recommandé de changer de sous-vêtements tous les jours. Portez des culottes plutôt que des strings et privilégiez les matières naturelles (coton, soie) à la place du synthétique, favorable aux frottements, à la macération et donc à la formation de mycoses. La nuit, l’idéal est de ne porter aucun sous-vêtement pour « laisser respirer » votre intimité. De même, évitez les vêtements trop serrés, propices aux irritations. Pour éradiquer les bactéries et germes résistants, lavez vos sous-vêtements séparément et à 60°C ou plus.

Précautions particulières

La période des règles est particulièrement propice aux infections. Pour les éviter, changez vos serviettes hygiéniques régulièrement et ne gardez pas votre tampon plus de 4 à 6 heures. En cas de pertes blanches, pensez à changer votre protège-slip dès qu’il est humide. Et évitez les rapports sexuels ! Il est également conseillé d’employer de temps en temps des tampons probiotiques (Florgynal) pour rééquilibrer la flore vaginale. Des probiotiques par voie orale peuvent également être utilisés en cure (Léro FloreFemibion intimeOrogyn).

 

Une bonne hygiène intime réduit considérablement le risque d’infections. Mais une infection vaginale n’est pas forcément synonyme de mauvaise hygiène, elle peut être liée à un traitement antibiotique, un gros coup de fatigue, une contamination indirecte… Si vous soupçonnez une infection, rendez-vous chez votre gynécologue pour confirmer le diagnostic et obtenir un traitement adapté.

Partager

Partager cette page avec vos amis